Encore 5 jours pour s’immerser dans la rupture avec Fraction

Vue de l'nstallation cinématographique, "Fraction" à la Cinématèque québécoise. Photo provenant du site du group Épopée.

Vue de l’nstallation cinématographique, “Fraction” à la Cinématèque québécoise. Photo provenant du site du group Épopée.

FRACTION [installation cinématographique]
le groupe Épopée
La Cinémathèque québécoise
jusqu’au 30 octobre 2016
gratuit

Description de l’installation :

Image du film "insurgence". Un de trois film dans l'installation "Fraction" à la Cinématèque québécoise. Photo provenant du site du group Épopée.

Image du film “insurgence”. Un de trois film dans l’installation “Fraction” à la Cinématèque québécoise. Photo provenant du site du group Épopée.

[dropcap]L[/dropcap]e groupe Épopée présente Fraction. Cette installation est composée de plusieurs films présentés simultanément sur trois écrans : Rupture, Insurgence et Contrepoint. L’installation est dédiée à Hugo Le Bleu Tadros.

Rupture receuille la parole d’une trentaine de militantes et militants aillant participé activement aux grèves étudiantes de 2012 et de 2015. Ce film se penche sur la rupture causée par la répression policière et la réaction des pouvoirs politiques et médiatiques à la grève. Plusieurs lignes le traversent : Le sense de la violence en politique, le renversement des rapports avec les institutions (famille, syndicats), les problèmes de la démocratie représentative, l’échec de la solution électorale qui a mis fin à la grève, ainsi que le constat d’un fonctionnement patriarcal et d’une attitude machiste tant au sein des associations étudiantes que de la part des policier.e.s et des gardien.ne.s de prison. Plusieurs des participant.e.s à Rupture ont été blessé.e.s et criminalisé.e.s en 2012 et 2015, et plus de la moitié sont des femmes. La réalisation a été assurée par le groupe Épopée auquel se sont joint des militant.e.s du mouvement de 2012.

Les flics s'invitent au Cinéma Impériale après la projection du film "insurgence, Montréal 18 octobre 2012. Photo David Widgington.

Les flics s’invitent au Cinéma Impériale après la projection du film “insurgence, dans le Festival nouveau cinéma à Montréal, 18 octobre 2012. Photo David Widgington.

Insurgence, tournée pendant la grève étudiante de 2012, saisit de l’intérieur le mouvement de la multitude, dans le vif de l’anonymat des dizaines de milliers de marcheurs et marcheuses qui ont pris la rue de février à août 2012. Ce film se concentre sur les corps en mouvement qui s’emparent des espaces publiques. La caméra accompagne souvent la première ligne, en lutte contre les forces de l’ordre. Insurgence agit ainsi en écho aux voix singulières de Rupture.

Contrepoint est conçu comme le pendant musicale à Rupture et Insurgence, et retrouve le son de 2012. Des musiciens et des musiciennes jouent des instruments qu’on entend à plusieurs reprises dans Insurgence. Les improvisations partent des rythmes des slogans lancés par la foule des manifestant.e.s, et ponctuent la parole des participant.e.s à Ruptures.

Le groupe Épopée produit des films de manière autonome selon les désirs du collectif, en lien avec des situations contemporaines. L’action du groupe Épopée se veut transversale. Bien ancré dans un projet de cinéma, le collectif va à la rencontre de situations exemplaires et de communautés en marge. Épopée s’est également donné une mission de partage de connaissances et chaque projet est l’occasion d’acceuillir une nouvelle génération d’artisans du cinéma.

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*