70 000 étudiants s’unissent pour freiner projets d’oléoducs en sol québécois

[English below]

manif15nov2014autochtonesUne nouvelle coalition d’associations étudiantes québécoises prend son envol aujourd’hui pour mettre un frein aux projets d’oléoducs en sol québécois.

Étudiant-e-s Contre les Oléoducs (ÉCO) représente aujourd’hui presque 70 000 étudiants et étudiantes du Québec. Ce nombre est appelé à gonfler d’ici la manifestation du 15 novembre organisée par le groupe.

ÉCO rejoint la chaude contestation de l’oléoduc Energy East de Transcanada et le renversement de la ligne 9B d’Enbridge par des dizaines de communautés à travers le Québec, dont les victimes de première ligne des changements climatiques: les Premières nations.

« Plus que jamais, notre génération est prête à agir pour combattre les changements climatiques » remarque le co-porte-parole de ÉCO et vice-président de la Concordia Student Union (CSU), Anthony Garoufalis-Auger. « ÉCO veut mobiliser le plus grand mouvement étudiant de l’Amérique du Nord derrière une seule bannière: ces oléoducs ne passeront pas! »

ÉCO espère affaiblir l’industrie des sables bitumineux en pétrole acheminé au Québec mais destiné à l’exportation, suivant l’exemple d’autres groupes qui réussi à ralentir des projets d’oléoducs en Colombie-Britannique et aux États-Unis.

La Coalition appelle à des actions non-violentes pour mettre un frein aux projets d’oléoducs et d’extraction de ressources. ÉCO envoie un message clair aux pétrolières et leurs investisseurs: les étudiants et étudiantes du Québec ne resteront pas indifférents alors que les pétrolières détruisent l’environnement et menacent l’avenir de notre planète.

Les membres de la coalition donnent rendez-vous à la population québécoise le 15 novembre à Montréal. La manifestation partira de la Place Norman-Bethune (coin Guy et De Maisonneuve) à 13h. L’Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSÉ) appelle ses membres à participer à la manifestation, et, comme la Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ), s’oppose aux projets d’oléoducs.

« La communauté scientifique toute entière nous le répète: il y a urgence », ajoute Julie Chamberland, co-porte-parole de ÉCO et responsable aux affaires nationales et politiques de la Fédération étudiante de l’Université de Sherbrooke (FEUS). « Les pétrolières ont vendu notre avenir. Se résigner à la catastrophe sans résister serait suicidaire. »

Pour en apprendre plus sur ÉCO, consultez www.coalitioneco.org.

===

manif15nov2014threatA new coalition of Quebec student associations is launching today, with a mandate to block any and all pipelines at the provincial border.

Étudiant-e-s Contre les Oléoducs (ECO) already represented almost 70,000 Quebec students before today’s launch. That’s a figure organizers expect to increase rapidly in the lead up to a November 15th protest called by the group.

ECO is the latest player to enter the heated fight against Transcanada’s Energy East pipeline, and the reversal of Enbridge’s line 9B, currently being waged by dozens of communities across Quebec, and the First Nations on the front line.

“Among our students there is a tremendous appetite for doing what is necessary to stop climate change,” said ECO spokesperson, and Concordia Student Union VP External, Anthony Garoufalis-Auger. “This coalition seeks to unite the Quebec student movement, the most powerful such movement in North America, behind a simple message: these pipelines will not pass.”

ECO hopes to shut down the tar sands by blocking the export of oil through Quebec, much as environmental opposition has already delayed proposed pipelines to British Columbia and the United States.

ECO supports all forms of non-violent action to block pipelines and fossil fuel extraction projects. The Coalition plans to send a clear message to oil companies and their investors: students will not sit idly by while they continue to wreak havoc on the environment and threaten the future of our planet.

The campaign kicks off with a protest on November 15 in Montreal, leaving from Place Norman-Bethune at the corner of Guy and De Maisonneuve West at 1 PM. L’Association pour une solidarité syndicale étudiante (ASSÉ) has endorsed the demonstration and both they and Fédération étudiante universitaire du Québec (FEUQ), Quebec’s other main student federation, oppose the pipelines.

“The science doesn’t get any clearer,” added Julie Chamberland, ECO spokesperson and member of the executive of the Fédération étudiante de l’Université de Sherbrooke (FEUS). “Our leaders are betraying our future. To accept that betrayal without a fight would be nothing short of suicidal.”

More details about ECO and its mission can be found on www.coalitioneco.org.

SOURCE Concordia Student Union

Renseignements : Pour plus d’informations, pour une entrevue, contactez / For more information, to schedule an interview or photo-op, please contact: English: Ethan Cox at (514) 662-0070, français: Jérémie Bédard at (514) 222-5684

You may also like...

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

*